Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Recherche

7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 12:08

Spectacle désolant dont seuls les journalistes et certaines associations "représentatives de je-ne-sais-quoi", ont le secret. Quand les uns versent dans l’hypocrisie,  les autres se complaisent dans la susceptibilité.

Tout a commencé par un échange entre Eric Zemmour, éditorialiste du Figaro, et Mme Rokhaya Diallo, présidente de l’association "les invisibles" sur un plateau de télévision*: le premier lançait à la seconde qu’il est de la race blanche et qu’elle est de la race noire. Quel scandale ! Quel blasphème ! Le tollé s’entretiendra par médias interposés.

Pourtant, je n’hésiterai pas une seconde, à soutenir la même chose devant M. Zemmour : je suis de race noire et lui de race blanche, ceci en référence à la définition accordée par le Petit Larousse 2009 qui parle de « subdivision de l’espèce humaine en Jaune, Noirs et Blancs selon le critère apparent de la couleur de la peau ».

Mieux encore, un grand Monsieur - qui force le respect - à qui une journée entière a été consacrée, récemment,  sur les ondes d’une radio nationale disait « Il y a beaucoup plus de cultures humaines que de races humaines, puisque les unes se comptent par milliers et les autres par unités… » : Claude Lévi-Strauss, qui heureusement ne se devait de flatter.

Comme à l’accoutumée, nous ne sortons pas grandis, à vouloir paraître la mascotte de "groupes de pensée convenue". Ceux-là même qui ne bronchent pas quand on désigne par black un noir, comme si l’adjectif « noir » portait une charge de plomb. Nous nous devons de surpasser les réactions primitives. Il est vrai qu’à vouloir traiter de ce problème, certains ont commis l’erreur de confondre une notion purement phénotypique, avec des expressions sociologiques et psychologiques des cultures humaines, au premier rang desquels Gobineau. Notre devoir est de corriger, non pas par la fuite mais par la lumière. Si nous trouvons que nos prédécesseurs ont procédé à une étude de la chose et ont réfléchi sur elle de façon simpliste, incomplète, alors étudions ce qu’ils en ont dit ou écrit. Ce qui, de cela, sera en accord avec la vérité, nous l’accepterons de leur part, nous nous en réjouirons et leur en serons reconnaissants. Quant aux choses qui ne le seront pas, nous éveillerons sur elles l’attention, nous avertirons la société d’y prendre garde.

 

                                                                          Darkaoui le 05/12/08

 

* « Paris-Berlin, le débat sur le métissage » diffusée le 13 novembre 2008 sur Arte. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires